• Low Steppa (Simma Black Records / Birmingham )

Sorte de couteau suisse de la scène house anglaise, Low Steppa aka William Bailey est Dj depuis 1999. Ce producteur de Birmingham enchaîne les projets et les collaborations sous différents pseudonymes. Nous l’accueillerons à Paris sous sa casquette de Low Steppa, depuis laquelle il distille un savant mélange de deep-house aux sonorités UK et bass. Très largement reconnu outre Manche, l’anglais, résident sur Rinse. FM, jouera pour la première fois à Paris pour cette Imported #4. Un set à ne pas manquer.

• Janeret (Flyance Records / Basic Groove)

Co-créateur du label Flyance Records qui a vu le jour tout récemment, Janeret s’est affirmé ces deux dernières années
dans le monde fermé des artistes de la scène underground house parisienne. Après plusieurs EP’s chez Courtesy of Balance et une remarquable collaboration sur Basic Grooves, Janeret nous transporte toujours au son de sa house dubbé qui frappe fort. Après des passages remarqués à la Mona et à Concrete, il posera cette fois- ci ses cellules sur les MK2 d’Imported.

• BassIr (Paris)

Né au Cameroun, cet amoureux de musique a fait ses premiers pas aux côtés de son cousin dj et producteur de hip- hop. S’en suit le début d’une passion pour la musique samplée et le support magique du vinyle. Deux ans plus tard, c’est la découverte de la musique électronique avec la dance, la house de Detroit et la french touch. Il commence à mixer à 19ans, et se lance dans la production. Principalement influencé par les papes de la house Jeff Mills, Derrick May, ou encore Juan Atkins, vous découvrirez son set vinyles only, voyage de Chicago à la Motor city, sur les rythmes house, dub et techno.

• Warm up by : TrIstan n’ Claude

Puisant leur inspiration dans l’essence de la musique noire américaine, Tristan’n Claude sont des adeptes de Détroit et de Chicago. Mixez ça avec des sons d’outre Manche et de la nouvelle scène house parisienne et vous obtenez un parfait combo ! Toujours à la recherche d’une note funky, seul le rythme compte, comme dirait Robert Hood.

Partager

imported#4_cover_event